Présidentielle 2017 : existe-t-il vraiment des alternatives à Hollande au sein de la gauche de gouvernement ?

Pour faire suite au précédent article sur les difficultés sondagières du président sortant, voyons s’il peut être évincé au sein de son camp.

1. Il faut toutefois le répéter en préambule : Hollande sera candidat. La politique et même la pure politique électorale sont sa vie : il n’a jamais rien fait d’autre, n’ayant jamais été ministre et étant resté très peu de temps responsable d’un exécutif local. En outre, il sait que la volatilité de l’électorat s’est accrue et que le temps médiatique est toujours plus rapide et fractionné, autorisant théoriquement des rebonds significatifs et des victoires surprises. Enfin, il ne veut pas rester dans l’histoire comme celui qui aura renoncé.

Il n’en reste pas moins que, comme évoqué dans un précédent article, une érosion sondagière telle qu’elle le situerait au niveau ou en-deçà de Mélenchon et/ou Bayrou pour une longue période de temps poserait réellement la question de sa candidature. Après tout, des cadres du PS pourraient eux-mêmes finir par demander l’application des statuts du PS qui prévoient l’organisation d’une primaire « citoyenne » et ouverte, même en cas de président sortant.

Cet article n’est donc pas forcément de pure spéculation. Quand bien même le serait-il, c’est le plaisir de la « politicaillerie »…

2. Hollande cherche depuis le début à détruire toute possibilité de primaire, au sein du PS et plus largement, avec le soutien de l’apparatchik Cambadélis et de manière tellement évidente que l’on se demande si beaucoup de gens de gauche et de médias qui croient encore que la hiérarchie élyséenne et solférinienne pourrait la laisser se dérouler sont réellement aussi naïfs… Bien entendu, on proclame partout que l’on souhaite une primaire, d’autant plus que l’on pense exactement l’inverse.

Plus le temps passe, moins l’organisation matérielle en sera possible, évidemment. Il est même probablement déjà trop tard, lorsque l’on voit la longueur du processus au sein de LR.

Ensuite, entretenir le flou sur le périmètre est le meilleur moyen d’assurer que les multiples chapelles de gauche discuteront à l’envi, au-delà même d’avril 2017… Les socialistes ne veulent pas trop l’élargir par peur d’une prise en otage par un candidat extérieur ; la gauche radicale ne veut pas de Hollande lui-même ; les écologistes sont divisés ; chacun a un avis sur l’électorat, sur les candidatures, sur les modalités, sur les engagements réciproques, sur les conséquences sur les candidatures du 1er tour de la présidentielle, etc. Cambadélis peut même se permettre de faire du zèle sur la participation, l’élargissement, l’organisation, car il sait que ce sera toujours inacceptable pour tel ou tel, chaque groupuscule ou candidat putatif en paralysant un autre. Et les distances idéologiques sont telles qu’aucune primaire marge de gauche n’est envisageable.

Ainsi, sous couvert de démocratie, de concertation, de débat, on gagne du temps, on s’assure que rien n’aura été décidé à l’automne, période qui sera ensevelie sous les débats de la primaire de droite et à laquelle il sera trop tard pour organiser quoi que ce soit de sérieux. C’est basique, mais cela fonctionne apparemment très bien.

D’ailleurs, la gauche radicale elle-même n’a pas forcément d’autres visées : Mélenchon n’a que faire des primaires ; les petits candidats potentiels ne veulent pas d’une primaire trop large qui les empêcheraient de gagner sur leur petit créneau.

En interne au PS, la volonté n’est pas forcément farouche non plus, même de la part des opposants à Hollande. Ce serait prendre le risque d’un fiasco: Mélenchon devant plusieurs candidats PS, un président sortant devancé par une candidature interne… du jamais vu.

3. En effet, qui d’autre qu’Aubry pourrait sérieusement contester le leadership hollandais ?

Aubry serait la seule à disposer de l’assise électorale interne, de la légitimité historique et des réseaux nécessaires pour l’emporter sur Hollande. Mais elle n’en a plus envie. Elle est dans un mélange de velléité, d’orgueil et de rancœur, qui l’empêchent d’aller vraiment jusqu’au bout (sa candidature à la primaire de 2011 s’est faite à reculons et elle ne s’est vraiment investie que dans l’ultime débat de second tour contre Hollande : trop tard…), mais font qu’elle ne se reconnaît pas vraiment d’héritier et la motivent pour saboter le parcours des « camarades ». De surcroît, lorsqu’elle a été testée dans un sondage IFOP d’octobre 2014, elle était au même niveau qu’Hollande au 1er tour de la présidentielle, voire pire. Ses défaites successives aux départementales et aux régionales l’ont également fortement affaiblie.

Valls s’est finalement banalisé en tant que Premier ministre et il a quasiment rejoint tous ses prédécesseurs dans les bas-fonds sondagiers. Dans les hypothèses où il est testé à la place de Hollande, il ne fait pas tellement mieux que lui (1 à 2 points d’écart en moyenne). A l’automne dernier, il a probablement raté une sortie du gouvernement à la Rocard (quand ce dernier avait pris –un véritable- prétexte en 1985 pour démissionner, refusant la proportionnelle aux législatives que le machiavélique Mitterrand mettait en place pour assurer un groupe FN à l’Assemblée et gêner la droite, ce qui avait presque totalement réussi). Il lui fallait trouver une bonne occasion, mais elle n’est pas venue. Pire, les attentats du 13 novembre 2015 l’ont contraint à rester, en plus sans que le virage sécuritaire lui profite réellement, étouffé qu’il est entre Hollande et Cazeneuve.

Le but de Valls est maintenant de tenter la prise du PS en 2017, après la défaite. Ce sera difficile. Sa base est faible même s’il a étoffé (un peu) ses réseaux. Il devra surtout tenter de récupérer une bonne partie des hollandais. Ce n’est pas impossible dans le cas des Sapin, Le Drian, Le Foll. C’est beaucoup moins sûr dans le cas des Cazeneuve, NVB, Le Roux, Feltesse, Dray, Cambadélis, soit qu’ils soient plus à gauche (Le Roux, Cambadélis) ou qu’ils veuillent tenter leur propre chance (NVB) ou qu’ils souhaitent déjà passer à Macron (Dray).

Ce dernier est évidemment gênant pour Valls dans la mesure où il lui vole son créneau du réformiste permanent, de la jeunesse et du renouveau. Mais, à terme, ce n’est pas forcément mauvais car cela peut lui permettre de se recentrer au sein du PS et d’occuper la même position que celle de Hollande en son temps. Il pourrait ainsi, au-delà d’anciens rocardiens, rallier d’anciens jospinistes, d’anciens strauss-kahniens de gauche et d’anciens royalistes. Il ne serait pas étonnant de voir Valls, pendant la campagne, si Hollande ne le fait pas suffisamment lui-même, se poser en conscience de gauche… Encore faut-il que Macron ne soit pas complètement externalisé du PS et qu’il reste à bonne distance.

Macron s’inscrit en effet encore dans la gauche de gouvernement et il est justifié d’en dire quelques mots ici. Hollande, en le lançant, a voulu affaiblir Valls, en trouvant plus jeune et plus « perturbateur » que lui, et, dans un second temps, Juppé. Peut-être a-t-il voulu imiter Mitterrand lançant Tapie contre Rocard aux européennes de 1994 (avec un succès certain, puisque Rocard fut ainsi détruit avant la présidentielle de 1995). Mais, comme souvent, Hollande s’est emmêlé les pinceaux : en 1994, Mitterrand achevait son 2e mandat (et sa vie) et n’avait rien à craindre personnellement d’un effet boomerang de Tapie ; aujourd’hui, Hollande n’a rien à craindre de Valls, qui a raté l’occasion (si tant est qu’il en ait eu une) de partir avant de sombrer ; et l’électorat modéré recherchant l’efficacité et la réforme, qui l’avait soutenu en 2012, ne le soutiendra pas en 2017 seulement parce qu’il promettrait vaguement de placer Macron à Matignon.

Finalement, l’opération se retourne contre Hollande,
en brouillant l’image de l’action présidentielle et gouvernementale,
en agaçant toute la gauche, alors qu’Hollande a d’abord besoin de remobiliser son camp et non de penser prendre des voix au centre-droit, ce qui n’est probablement plus possible, vu le niveau de rejet même parmi ces électeurs-là,
en créant une nouvelle menace de candidature potentielle sur son flanc droit, alors qu’il ne peut se permettre de se retrouver coincé en tenaille entre Mélenchon et le centre ; il perd tout le bénéfice de la technique du « salami » appliquée à EELV et de la flatterie appliquée à Hulot, destinées à éviter une candidature au centre-gauche, et de l’innocuité supposée de Bayrou en 2017 (soit qu’il se retire en cas de candidature Juppé, libérant –selon l’espoir de Hollande- quelques points au centre-gauche ; soit qu’il se présente, prenant à Sarkozy davantage qu’il ne prendrait à Hollande).

Si, finalement, il prenait l’envie à Macron de prendre totalement son autonomie, de se présenter ou, en tous les cas, d’alimenter la chronique encore plus longuement que prévu, il y aurait ainsi le spectre d’un Bayrou jeune ou d’un Borloo à jeun, tous éléments évidemment défavorables à Hollande dans la perspective d’un premier tour « make or break ». La comparaison avec la créature du docteur Frankenstein est donc tout à fait pertinente (même si elle est évidemment très exagérée : cette pauvre créature est quand même beaucoup moins froide et carnassière que Macron 😀 ).

Hollande doit désormais parvenir à le liquider sans en faire un martyr (ce que Macron cherche manifestement) : il ne peut l’éjecter du gouvernement trop vite. Peut-être que s’appuyer sur Valls, le plus menacé par Macron à moyen terme, constituera la solution. Laisser Macron présenter un projet de loi dans lequel il s’enlisera et se dévalorisera ? Ou le « promouvoir » à un poste ministériel en réalité plus exposé ? Le pousser à partir mais dans de mauvaises conditions, en s’assurant qu’aucun parlementaire ne le suivra, afin de lui assurer une destinée à la Villepin ? Mais Macron pourrait lui aussi chercher une sortie à la Rocard 1985.

Toutefois, le destin Villepin 2011 est le plus probable, car le phénomène Macron est largement factice. C’est bien entendu le candidat idéal du « système » médiatique et capitalistique dominant : libéral en économie, libéral sur le plan sociétal, sans aucun tabou, riche, jeune et télégénique. Mais son succès tient largement aux électeurs du centre et de droite, un peu à la manière de Kouchner en son temps (ou de Veil à l’égard du bord opposé). Jamais un Kouchner ou une Veil n’ont réussi à s’imposer nationalement. Et Villepin n’a eu ses moments de gloire en 2011 que parce que les médias (Canal+ l’invitant à répétition, sûrement pour gêner Sarkozy, mais quand même…) et certains bobos riches s’étaient entichés de lui.

C’est de toute façon trop tôt pour Macron. Si certains sondages ont pu le placer assez haut parmi les candidats alternatifs de gauche, ce n’est qu’auprès de l’ensemble des Français (ce qui n’a pas de sens) ou, à gauche, en proposant à la fois Aubry, Hidalgo, Montebourg, voire Hamon (ce qui n’a pas davantage de sens : l’aile gauche ne serait jamais aussi divisée).

Hidalgo, justement, n’est évidemment pas mûre pour être en première ligne cette fois-ci (sur le fond, elle ne le sera jamais :p : je m’exprime ici du simple point de vue tactique et électoral !). Mais elle est clairement en position de reprendre l’aile gauche du PS dès le lendemain de la défaite de 2017. Et donc peut-être le parti lui-même si les non-aubrystes ne se coalisent pas.

Elle a le bénéfice de la place forte parisienne, aujourd’hui plus à gauche que les vieux bastions populaires et seule vraie victoire locale depuis 2012 (avec la consolidation de Collomb à Lyon)… Elle a le bénéfice d’un soutien assez général du courant aubryste, auprès duquel Hamon n’a pas cherché ou réussi à s’imposer. Elle se positionne de manière presque caricaturale en libertaire sociétale et en socialiste vieux jeu sur le plan économique : un mélange évidemment gagnant en interne au PS (et à l’ensemble de la gauche, d’ailleurs). Elle est une femme et elle est d’origine étrangère : fantastique sur le plan symbolique. Son mari, Jean-Marc Germain, ancien collaborateur d’Aubry, est un des chefs des frondeurs et lui assurera le soutien de ces derniers : comme chez EELV, on n’est jamais mieux servi qu’en faisant de la politique en couple (Cosse-Baupin, Sas-Canfin, Placé-Duflot, Placé-Sas, etc.) et MAM et POM sont des petits joueurs !

Bref, un affrontement Hidalgo-Valls se profile probablement à la tête du PS. Peut-être un remake du congrès de Reims de 2008 entre Aubry et Royal (avec Hidalgo et Valls aux premières loges dans chaque camp, d’ailleurs). Toujours est-il que ceux-là ne prendront pas le risque de s’abîmer prématurément à tenter de remplacer Hollande: qu’il perde seul et solde la période pour mieux repartir en 2022…

Hamon aurait pu être le grand espoir de l’aile gauche, mais il a mal manœuvré. Comme Peillon en son temps, il est difficile d’en déterminer les raisons exactes. Faible sens tactique ? Problèmes de personnalité ? Espérance erronée dans une transmission de sceptre de la part de l’acariâtre et bornée Aubry ? Toujours est-il que le fantasque Montebourg l’a emporté dans son « ailleurs » et qu’il ne s’en est pas relevé. Même s’il était resté au gouvernement, la position de ministre de l’Education nationale n’aurait cependant pas été favorable pour la suite d’une carrière politique.

Son tour semble passé, mais peut-être trouvera-t-il quelque possibilité d’alliance avec Valls pour écarter Hidalgo, comme il l’a fait pour écarter Ayrault en 2013-14. Cela reste acrobatique.

Montebourg est trop inconstant. A-t-il d’ailleurs réellement envie de mener une campagne présidentielle ? C’est peu probable. Il n’a jamais structuré de courant et n’a fait que surfer sur son relatif succès à la primaire de 2011. Il commence en outre de ne plus vraiment incarner le renouveau. Il n’aurait une utilité que si Hollande décidait de le rappeler au gouvernement pour tenter de faire de l’ombre à Mélenchon : mais que de couacs en perspective pour un résultat tout sauf assuré…

Fabius et Delanoë sont désormais retirés, leurs troupes s’éparpillant vers Hollande et Aubry. Peillon a abandonné. Moscovici a trouvé sa sinécure pour quelques temps encore. Bartolone s’est « grillé » avec sa campagne régionale. Vallaud-Belkacem est trop jeune et trop prudemment ambitieuse pour se dilapider prématurément (elle n’aurait de toute façon pas l’assise interne suffisante, n’étant pour le moment qu’une personnalité de second rang).

Même s’il y avait contestation de son leadership, Hollande parviendrait à s’imposer, par réflexe légitimiste et par organisation d’une primaire moins « ouverte » et « citoyenne » que ne le prévoient les statuts (en clair, un tranquille vote interne de ratification auprès du reste d’adhérents que comptent le parti et le PRG, plus une ou deux officines à la Bennahmias, à la Placé ou à la Hue). Certes, il serait affaibli, comme Ford par Reagan en 1976, Carter par Ted Kennedy en 1980 ou Bush Sr par Buchanan (repris par Perot, en quelque sorte) en 1992, mais il finirait par être le candidat officiel. Même les demi-sortants Gore et Bush Sr l’avaient emporté sur Bradley en 2000 et Dole et Robertson en 1988. Seul LBJ avait dû renoncer en 1968, mais le bourbier vietnamien était quand même une circonstance très particulière et RFK un opposant autrement brillant que les noms que nous venons d’égrener.

4. Quant à la gauche au sens large, l’effacement de l’extrême-gauche trotskyste, orpheline de ses vedettes Laguiller et Besancenot, l’émiettement de la gauche radicale derrière un Mélenchon désormais banalisé et qui est un moindre mal pour Hollande, et les déchirements des Verts assurent à Hollande une situation moins problématique qu’il ne pouvait le craindre au regard de son affaiblissement inégalé. Nous reviendrons sur la gauche de la gauche et sur les écologistes, mais évoquons quand même ces forces politiques, du seul point de vue hollandais.

Il a parfaitement mené l’opération « salami » sur EELV, tel Staline et Jdanov à la fin des années 1940 dans les pays d’Europe de l’Est, découpant progressivement les autres partis pour renforcer progressivement le PC local et lui faire prendre insensiblement tous les leviers du pouvoir. Aujourd’hui, Hollande applique le même principe à EELV pour rallier (faussement) les élites du parti moyennant quelques menus postes. Hollande n’a même pas besoin que se reconstitue un parti écologiste modéré et le chaos actuel lui convient parfaitement : Cosse, Baupin et Pompili n’ont pas rejoint Rugy, Placé et Bennahmias et restent dans un entre-deux ; il ya quasiment autant de structures que de personnes…. Le PS n’a même plus la nécessité tactique de s’embêter à assurer un groupe parlementaire auxdits cadres ; certains suivront sûrement le chemin de Filippetti en se fondant dans le PS ; mais les convertis de fraîche date sont souvent les soldats les plus ardents… Cela évite aussi qu’une structure efficace soit disponible pour Hulot.

Concernant ce dernier, Hollande a fait tout ce qu’il a pu pour le réduire. Il y est presque parvenu et, si le danger n’est pas complètement écarté, il est suffisamment amoindri pour qu’en cas de décision de Hulot d’y aller quand même, la bulle explose rapidement, selon un schéma bien connu pour les candidatures « autres » (Bové, Coluche, CPNT,…) ou les carrières issues de la « société civile » (Tapie, Kouchner, Schwartzenberg, Breton, Mer et tant d’autres). De ce point de vue, le calcul tactique de Hollande est juste.

Plus largement, le président sortant tentera peut-être d’appliquer la technique du « salami » à la gauche de la gauche. La promesse de circonscriptions législatives permettra peut-être de détacher le PCF de Mélenchon.

De son côté, la « belle alliance populaire » (que l’on me permette un ROFLMAO) a, elle, pour objectif de diluer au maximum les autres candidats de gauche ou de les rapprocher de manière factice pour qu’ils s’entre-déchirent et s’annulent d’autant plus. Ce concept de « dépassement » du PS qu’avait avancé Cambadélis découlait d’une volonté initiale de recréer la France Unie du Mitterrand de 1988. Hollande étant très loin de ce modèle, a minima, le « dépassement » du PS doit servir à brouiller les cartes autour de lui, de manière à ce que la dispersion ne l’atteigne pas directement. Car dispersion vaut disparition, selon son théorème forgé à la lumière (évidente) de la débâcle de 2002.

5. A l’égard de Bayrou, si l’on peut en partie l’inclure dans le champ de la gauche au sens où une bonne partie du MoDem croupion est en réalité un électorat de centre-gauche (le centre-droit étant parti avec la création de l’UDI), Hollande ne peut pratiquer l’attraction-étouffement.

C’est d’abord trop tard. Il a probablement raté une occasion en début de septennat de l’inclure dans sa majorité (un poste de Garde des Sceaux lui aurait suffi). Bayrou s’est éloigné et, même si Hollande aurait encore pu flatter son orgueil à l’occasion de l’arrivée de Valls, les élections locales et la pesanteur des quelques élus dont dispose encore le MoDem l’ont fait rebasculer vers les alliances avec l’UDI et LR.

De toute façon (et c’est peut-être ce que Hollande avait en fait en tête dès 2012), Bayrou peut avoir son utilité en cas de candidature Sarkozy ou de candidatures Le Maire ou Fillon droitisées par l’épreuve de la primaire : il doit gagner au moins autant de voix à droite qu’à gauche. Cela apparaît cependant un calcul bien illusoire, car Bayrou constitue un exutoire supplémentaire (en dehors du candidat écologiste, surtout si c’est Hulot) pour les socialistes déçus, notamment enseignants et fonctionnaires.

Quant aux candidatures éventuelles du pôle centriste-citoyen, avec Corinne Lepage et alii, elles ne seraient que de témoignage et ne passeraient peut-être pas l’obstacle des 500 signatures. L’inquiétude hollandaise à ce sujet est donc modérée.

Au total, ainsi que je l’avais déjà noté, Hollande a, comme Merkel, réussi à éviter l’émergence de concurrents sérieux dans son camp. Son problème est qu’elle a par ailleurs réussi à préserver un 35 % alors qu’il peine à se maintenir à 15 %… Même en tactique électorale, il est déclassé !

 

Publicités

Derniers sondages pour le 1er tour de la présidentielle 2017: seuils d’alerte atteints à gauche pour Hollande et nivellement derrière Juppé au sein de la droite

Sondage Harris-Interactive réalisé du 11 au 13 avril 2016 pour WE Demain, auprès d’un échantillon de 1535
Sondage IFOP réalisé du 12 au 14 avril 2016 pour iTélé, Paris Match et Sud Radio, auprès d’un échantillon de 1876 électeurs potentiels, extrait d’un total de 2019
Sondage Odoxa réalisé du 14 au 15 avril 2016 pour Le Parisien et BFM-TV, auprès d’un échantillon de 949
Sondage TNS-Sofres réalisé du 15 au 16 avril 2016 pour Le Figaro, LCI et RTL, aurpès d’un échantillon de 1011
Sondage BVA réalisé du 15 au 17 avril 2016 pour Orange et la presse régionale, auprès d’un échantillon de 949 électeurs potentiels, extrait d’un total de 1013

Comme trop souvent, la publication de sondages et les choix des médias agacent…

Il peut s’écouler un mois sans sondage et, en deux jours, nous sommes ensevelis de sondages réalisés à peu près aux mêmes dates. Quel gâchis. C’est encore trop erratique pour mettre en place l’indice agrégé, mais cela suffit à perturber les courbes simples. Bref, il faudra très prochainement envisager de passer aux courbes de tendance.

Le fleurissement des candidatures potentielles entraîne aussi celui des hypothèses sondagières, toujours plus variées, mais malheureusement souvent incohérentes. Passe encore que certains instituts et/ou leurs commanditaires privilégient définitivement l’hypothèse « Juppé sans Bayrou ». Mais pourquoi imaginer l’étendre aussi facilement aux cas de figure où Fillon ou Le Maire est le candidat des Républicains ? S’agit-il de dévaloriser Sarkozy ?

De même, tester l’hypothèse Hulot sans Bayrou est, a priori, gonfler artificiellement le premier. S’agit-il de « pousser » sa candidature ?

Enfin, on peut relever que, chez certains sondeurs, Macron arrive en tête des sympathisants de gauche voire socialistes, mais que c’est un cas de figure sans Hollande et, surtout, avec à la fois Aubry et Hidalgo (et même Montebourg), ce qui n’a pas de sens et divise artificiellement l’aile gauche et permet de favoriser la coqueluche médiatique du moment. De nouveau, une manipulation ?

Car, répétons-le, les sondages ne manipulent pas en soi. Ce sont les questions posées et les hypothèses forgées, essentiellement, par les directions des médias commanditaires qui influent ainsi indirectement sur le paysage politique et tentent de le modeler de manière cachée.

L’avalanche de 5 sondages (IFOP, Odoxa, BVA, TNS-Sofres et Harris Interactive) dans les derniers jours oblige à un décryptage général et tous azimuts, mais le phénomène Macron et l’évolution générale de la gauche appellent de prochains articles sur la situation de la gauche de la gauche et des écologistes, d’une part, et sur les solutions possibles au sein de la gauche gouvernementale, avec une mise au point sur la(es) primaire(s) qui ne verront pas le jour, d’autre part.

IFOP pour iTélé, Paris-Match et Sud-Radio, réalisé du 12 au 14 avril 2016 (échantillon de 1876 parmi un tota

Graphique sondages 1T 2017 Sarkozy-Hollande-Bayrou

Graphique sondages 1T 2017 Juppé-Hollande-Bayrou.png

Graphique sondages 1T 2017 Juppé-Hollande sans Bayrou.png

1. La première question qui se pose a trait à la dérive du sortant Hollande. Il est clair qu’il est déjà candidat ; il est également clair que la direction du PS et lui n’ont jamais eu l’intention d’organiser la primaire, pourtant prévue dans les statuts et que tout adhérent du PS pourrait réclamer (il semble que quelques individus sont enfin prêts à lancer jusqu’au contentieux). Tout discours sur la primaire est dilatoire et n’a pour seul but que de gagner du temps et de prolonger les discussions sur tout aspect de la question qui permet de la suspendre jusqu’aux calendes grecques ou, plus exactement, jusqu’après la primaire de la droite et du centre, moment choisi par Hollande pour se dévoiler et tenter d’effacer un automne qui aura été monopolisé médiatiquement par la droite (ou de profiter d’éventuelles divisions sanguinaires de celle-ci…).

Dans ces conditions, il est difficile d’envisager un candidat alternatif au PS ou dans la gauche de gouvernement. Pourtant, si Hollande descend trop bas, n’y aura-t-il pas un moment de basculement, avec des hiérarques socialistes qui auront peur de tout perdre (surtout dans la perspective de législatives dramatiques et si Macron, Hulot, Bayrou, un « citoyen » ou d’autres viennent dangereusement diluer leur créneau politique sur son flanc droit) ?

A quel moment cela peut-il se produire ? D’ores et déjà, le risque d’un nouveau « 21 avril » est intégré. Après tout, un drame inconcevable mais déjà vécu est toujours plus facile à digérer lorsqu’il se reproduit… En revanche, si, de manière durable et dans toutes les hypothèses (surtout dans les seules qui vaillent, c’est-à-dire avec Sarkozy ou avec Juppé sans Bayrou), Hollande passe en 4e position, derrière Mélenchon ou Bayrou, voire glisse en 5e position derrière ces deux derniers, alors une remise en cause du caractère naturel ou légitime de sa candidature pourrait sérieusement émerger.

C’est peut-être cette hypothèse que joue Macron, ultra-moderne, c’est-à-dire situé dans la posture, l’opportunisme calendaire, le très court terme et la pure image : il pense peut-être, au moment où Hollande est réellement mis en cause, profiter d’une fenêtre de lancement de quelques semaines. Si ce n’est pas le cas, il pense qu’il aura au moins occupé une case à prendre, à la place de Valls (dont l’avenir n’existe pas sans le PS et les institutions) et de Bayrou (pour lequel, a priori, 2017 devrait correspondre à sa retraite de la vie politique).

Néanmoins, cette hypothèse reste peu probable :

  • le PS est un parti en réalité très légitimiste, même si moins que feu le RPR;
  • l’influence de Hollande reste très importante et ses rivaux potentiels ont tous renoncé ou sont affaiblis et divisés (nous y reviendrons), comme le montre la, certes, meilleure performance de Valls et Macron lorsqu’ils sont testés à la place de Hollande, mais dans de faibles proportions et avec des conditions favorables : Macron est ainsi testé sans Bayrou, même contre Sarkozy…
  • ce naufrage sondagier du moment tient aussi à une volatilité croissante de l’opinion et est probablement aussi exagéré que l’était le rebond factice de popularité après chaque vague d’attentat,
  • le frémissement en faveur de Mélenchon aura peut-être la même durée que celui du printemps 2012, qui n’avait pas duré, même s’il est évidemment durablement installé au-dessus de 10 %,
  • la tenue correcte de Bayrou tient à une attente peu stable au centre ou « ailleurs », qui pourrait tout aussi bien s’incarner en Hulot ou en un candidat de centre-droit « différent » (non, ce ne sera pas Rama Yade 😉 Comment l’imaginer rencontrant des milliers de petits maires ruraux pour tenter d’avoir ses 500 signatures ?…),
  • mécaniquement, un rebond, même léger, est à prévoir, la peur de l’électeur de gauche d’une débâcle et d’un niveau menaçant du FN arrêtant l’hémorragie et permettant au moins à Hollande de regagner une petite distance par rapport à Mélenchon et Bayrou,
  • une décantation, lorsque le vent de folie Macron se sera calmé (car un autre événement médiatique s’imposera : nouvelles vagues de migrants, Brexit, crise chinoise, explosion libyenne, nouvelle maîtresse officielle, esclandre sarkozyen,… ou il aura été congédié du gouvernement et se retrouvera hors du système socialiste et donc sans beaucoup de troupes), permettra à la gauche de revenir aux candidatures « classiques » et attendues, chacun gérant sa petite boutique (Arthaud, Poutou, Mélenchon, Duflot, Hollande).

Quoi qu’il en soit, Hollande doit résister au croisement des courbes avec Mélenchon voire Bayrou. Il est désormais réduit à son noyau dur et ne devrait plus descendre :

  • son score d’intentions de vote est peu ou prou équivalent à son indice de popularité,
  • même une candidature Hulot ne le fait pas (trop) davantage baisser alors que, normalement, cette candidature devrait être celle qui lui est la plus défavorable, fournissant un exutoire idéal et plus avenant que la candidature Duflot aux socialistes déçus,
  • l’absence ou la présence de Bayrou n’a pas d’influence notable sur le niveau de Hollande : comme le point précédent, cela démontre que Hollande a déjà perdu tout ce qu’il pouvait perdre et devrait désormais rebondir (ou stagner…).
  1. Comme l’extrême-gauche trotskyste (de manière marginale), Mélenchon est à la hausse.

Il est certain que l’agitation sociale contre la loi El-Khomri et contre la politique sécuritaire, thèmes mobilisateurs à la fois pour la « vieille gauche » et pour l’aile bobo-libertaire, lui bénéficient, en tant que seul représentant crédible (au sens de l’obtention d’un score électoral significatif) de la gauche de la gauche. Nous reviendrons sur cette très probable difficulté de ce courant à lui substituer un autre candidat, qu’il s’agisse de Pierre Laurent, de Taubira, d’Autain, d’un Piketty, d’un quelconque représentant de la société civile ou même d’un socialiste qui ferait dissidence. Mélenchon est parti plus tôt, justement pour éviter de se trouver diminué par cette vaine agitation et d’abîmer son statut de représentant médiatique et électoral le plus solide et le plus légitime à la gauche du PS. Seul un Montebourg ou un Hamon (sans parler d’Aubry) en rupture de PS aurait été en mesure de lui contester ce statut.

Néanmoins, l’actualité tournera et Mélenchon, s’il frémit vers les 15 % ou au-delà, reviendra probablement à un niveau de 10-12 %, surtout s’il est plus visible dans les médias, ce qui, désormais, le dessert par effet de répétition et de lassitude.

En revanche, il n’a rien à craindre sur sa gauche, le temps des figures médiatiques à la Laguiller ou à la Besancenot étant révolu.

3. La candidature Duflot semble ne pas accrocher. Elle est très faible chez Odoxa et à l’IFOP. Elle est conforme au niveau habituel des écologistes (2-3 %) pour les autres instituts. Il semble qu’elle ait un peu perdu au profit de Mélenchon (car Hulot, lorsqu’il est testé à sa place fait baisser Mélenchon), n’étant plus très audible ; mais, surtout, elle est en situation de vases communicants avec Hollande, ce qui confirme, même si de manière bien plus marginale que lors des élections européennes ou régionales (EELV dépassant les 10 % lorsque le PS dégringolait), la fonction exutoire du parti vert pour les déçus du socialisme gouvernemental ne souhaitant quand même pas aller jusqu’aux héritiers officiels du communisme.

Une candidature Hulot, testée notamment par Harris Interactive mais en concurrence avec Duflot (et dans les deux cas de figure Sarkozy-Bayrou et Juppé sans Bayrou), prend à cette dernière, déjà pas très haute, mais aussi à Bayrou, à Hollande et à Juppé de manière équilibrée. Etant donné son faible niveau, il est évident que cette candidature est plus défavorable pour Hollande, qui doit se qualifier, mais cela reste dans des proportions assez limitées, comme déjà signalé.

Mais son caractère assez flou, comme le personnage lui-même, confirme que, s’il devait se décider à concourir (ce qui est fort peu probable, au regard de son caractère éminemment velléitaire), sa candidature se dégonflerait probablement rapidement et ne tiendrait pas la distance.

4. Hormis le cas particulier de l’hypothèse Hulot, l’électorat Bayrou est de nouveau le plus instable. Clairement, le nom Bayrou suffit à fédérer 8 à 10 %, mais il est devenu un simple réceptacle, au-delà du noyau centriste historique (qui était précisément à cet étiage, mais s’est en partie dissous à mesure du recul de la vieille démocratie chrétienne), d’une frange flottante pour laquelle la moralité publique est l’essentiel et le rejet des partis fondamental. Il ne s’agit pas ici du petit contingent modéré qui recherche l’efficacité économique et politique et qui a soutenu DSK, Borloo, Bayrou, Hollande en 2012, et qui soutient Juppé ou Macron aujourd’hui. Il s’agit d’un contingent « civique », qui s’incarnerait tout aussi bien dans une candidature Lepage ou équivalente, éventuellement chez Hulot ou dans une candidature de la « société civile ». A l’extrême, une partie de ce courant se retrouve sur Dupont-Aignan, Le Pen ou Mélenchon, si Bayrou et aucun autre candidat équivalent n’est présent, par refus absolu du duopôle PS-LR.

5. Dupont-Aignan est à la hausse, même si c’est limité. Il peut envisager de rentrer dans ses frais de campagne, ce qui prolongerait la vie de son mouvement politique. Il semble en mesure de prendre quelques électeurs de droite, dès lors que Juppé n’est pas le candidat LR. Seul Juppé empêche une fuite, déjà constatée aux régionales, des plus de 65 ans vers le candidat DLF. Même Sarkozy n’y parvient pas.

C’est un premier signe de la faiblesse croissante de Sarkozy. Même le cœur de son électorat semble avoir perdu, en partie, foi en son succès. Or, une bonne partie de sa dynamique tient à une capacité supposée à mener une bonne campagne. Si, effectivement, en vue d’une présidentielle, il s’est montré performant malgré l’adversité, ses résultats locaux sont en revanche très décevants, soit en tant que président de la République, soit en tant que président de LR. Il semble désormais que même les sondages présidentiels lui font perdre une partie de son avantage comparatif.

Désormais, il n’est pas tellement plus performant que Fillon ou Le Maire. L’écart avec Juppé s’est même accru et pèsera lourd dans les décisions des électeurs de la primaire de la droite et du centre. Le fait qu’il ne tienne plus aussi bien l’électorat âgé et que le profil sociologique de son électorat potentiel se soit brouillé n’est évidemment pas favorable.

Avec ces sondages et avec la multiplication des candidatures à droite, y compris sur l’aile la moins modérée, sa situation se banalise, alors que continue le flot d’informations sur les « affaires » et que la « ringardisation » de Hollande semble également l’emporter.

Alain Juppé apparaît désormais dominateur. Il lui faudra toutefois bien gérer l’inévitable décrue des sondages qui, si elle est trop rapide ou trop visible médiatiquement, peut créer une dynamique négative qui s’entretiendrait d’elle-même. Il reste que ses atouts sont forts, avec un soutien de catégories d’électeurs qui sont les plus fiables en termes de participation électorale et les plus stables dans leur choix.

6. Le Pen est globalement stable, sauf chez Odoxa, où elle repart au-dessus des 30 %. Il reste à voir s’il s’agit d’un retour de son électorat à son instabilité habituelle ou si l’institut a quelques difficultés dans ses redressements…

Sa situation est désormais solide autour de son noyau populaire bien établi. Elle est même un peu plus performante au second tour. Elle ne progresse toutefois plus au 1er tour et la question de l’avenir du FN reste entier : que faire de son actif électoral ?

Graphique sondages 2T 2017 Sarkozy-Le Pen

7. Cela nous amène logiquement à évoquer le second tour, qui reste, un an avant l’échéance, beaucoup plus incertain encore que le premier tour. En effet, à distance, les électeurs donnent encore une intention de 2e tour équivalente à celle du 1er et donc basée sur un choix véritable, une préférence de personnalité ou un rejet idéologique. Dans la réalité, la polarisation politique et l’égalisation médiatique font leur œuvre et les duels sont plus serrés, notamment en cas de duel gauche-droite, aujourd’hui peu probable.

Graphique sondages 2T 2017 Sarkozy-Hollande

En outre, il faut tenir compte d’un probable « tir de barrage » médiatique intense en cas de qualification de Marine Le Pen pour le 2nd tour : « le fascisme ne devant pas passer », tout sera bon pour relancer les réflexes de vote anti-FN, sauf peut-être en cas de duel Sarkozy-Le Pen. Cela créera forcément une mobilisation à son désavantage, qui ne s’exprime évidemment pas à un an de distance dans de simples sondages et qui ne se matérialisait que faiblement aux élections locales, même si, aux régionales, cet effet a clairement joué là où il y avait un risque de victoire du FN et là où il y avait forte médiatisation.

Graphique sondages 2T 2017 Juppé-Le Pen

Quoi qu’il en soit, la domination des candidats de droite sur le FN ne fait pas de doute, même si Marine Le Pen fait nettement mieux que son père en 2002.

Graphique sondages 2T 2017 Hollande-Le Pen.png

Surtout, elle semble en mesure d’inquiéter Hollande s’il parvenait à se qualifier pour le 2nd tour.

Même si les reports de voix ne sont pas toujours mesurés ou publiés par les sondeurs, il apparaît clairement des traits forts et nouveaux pour 2017 :

le candidat socialiste est très bas dans les reports du FN comme de LR. Les sondages de popularité montrent que, depuis plusieurs années, il a perdu toute confiance de leur part et que le rejet est total. C’est ce qui fait qu’il perdrait probablement, même face à un candidat LR affaibli, n’ayant plus aucun report depuis le FN (alors qu’il pouvait espérer 10 à 20 % selon les années). C’est ce qui fait qu’il n’est plus protégé par des reports significatifs de droite face à Le Pen. Seuls les électeurs MoDem et UDI sont encore dans un réflexe de « front républicain ». Les moments où Hollande a repris l’avantage sur Le Pen sont les périodes post-attentats. Bien entendu, il faut être très prudent car il est aujourd’hui très bas et ne peut que rebondir ; en outre, l’exaspération ambiante donne toujours un bonus à Le Pen ; enfin, les médias reprendront leur défense du pouvoir en place lorsque les candidatures se seront décantées à gauche et que la polarisation reprendra ses droites. Néanmoins, voir un président sortant menacé par la présidente du FN est en soi un petit événement ;

les reports de Mélenchon vers Hollande ne sont corrects que dans le cas d’un duel face à Le Pen (encore dépassent-ils péniblement les 50 %) ; face à la droite, la gauche radicale considère que c’est « blanc bonnet et bonnet blanc » ;

les reports de gauche vers la droite se sont érodés et l’assimilation de Sarkozy au FN fait que seul Juppé peut espérer des reports corrects. Même Fillon et Le Maire ne sont pas si écrasants face à Le Pen, puisqu’en-dessous des 2/3 des voix ;

les électeurs de Bayrou détestent Sarkozy et ne le soutiennent que faiblement majoritairement face à Le Pen ; mais ils ne le détestent pas au point de lui préférer Hollande : c’est équilibré, alors qu’en 2012, Hollande avait pris l’avantage sur Sarkozy dans cet électorat, qui avait surtout boudé Sarkozy, plus que rallié massivement Hollande ;

– en fin de compte, l’électorat FN s’est surtout solidifié et forme un « noyau dur » fidèle d’un tour à l’autre et d’une élection à l’autre. La capacité de progression au 2nd tour de Marine Le Pen reste insuffisante. Mais, pour élargir sa base électorale, elle ne pourrait que s’éloigner de la rhétorique qui plaît à cet électorat populaire dans lequel elle l’emporte très largement. Objectivement, elle a intérêt à ce que Hollande gagne, pour tenter l’implosion de la droite et essayer de prendre le leadership de l’opposition si le président sortant se succédait à lui-même. Cet élément peut être important dans la manière dont se déroulera la primaire de la droite et du centre, mais aussi dans les suites de celle-ci si la réconciliation est impossible après trop de déchirements.

Nous reviendrons également prochainement sur la dernière livraison IFOP sur la primaire de la droite et du centre, qui voit Le Maire incapable de confirmer son embellie.

Derniers sondages IFOP et IPSOS pour le premier tour de la présidentielle 2017: un Hollande profondément affaibli et s’érodant en tous sens

MISE A JOUR: cet article a fait l’objet d’un ajout sur les 3 phases de dégradation de Hollande depuis 2012

Sondage IFOP réalisé du 11 au 13 mars 2016 pour Sud Radio, auprès d’un échantillon de 1026 électeurs potentiels, extrait d’un total de 1096
Sondage IPSOS réalisé du 11 au 20 mars 2016 pour Le Monde et le CEVIPOF, auprès d’un échantillon de 13693 électeurs potentiels, sur un total de 20319

1. C’est une première évidence depuis de longs mois, mais il convient de la répéter car elle ne semble pas complètement prise en compte par le monde politico-médiatique et elle influencera forcément les résultats de la primaire et l’organisation des candidatures « secondaires », au centre, à la gauche de la gauche et chez les divers écologistes (sujets sur lesquels nous reviendrons successivement dans les prochaines semaines): Marine Le Pen sera au second tour de la présidentielle de 2017.

Il ne reste donc plus qu’une place disponible pour le « système », pour les partis traditionnels de gouvernement. Il est donc essentiel pour ces derniers de sélectionner un candidat bien positionné et pouvant bénéficier d’une dynamique électorale (momentum). Cela signifie d’abord d’être capable de rassembler, pour l’essentiel, sa base partisane et électorale. Cela signifie ensuite de pouvoir exprimer une position sur sa gauche sans faire fuir d’électeurs sur sa droite et inversement.

C’est ce que Mitterrand avait porté au plus haut point en 1988. C’est ce que parvenait à faire, peu ou prou, Sarkozy en 2007, même si une certaine déperdition se faisait jour au centre au profit de Bayrou, compensée par des gains sur le FN et par une bonne mobilisation. C’est ce que semblait parvenir à faire DSK, mais sans certitude car le positionnement de Hollande était meilleur. C’est ce que parvient à faire Hollande en 2011-12, positionné centralement au sein du PS et, ensuite, capable de faire le discours (formellement grotesque, mais il fallait bien « quelque chose » pour les médias et la mythologie de la campagne) du Bourget sans perdre le noyau de centristes ballotté de DSK à Borloo, à Bayrou, à Hollande, et de jouer au social-démocrate responsable sans trop perdre vers Mélenchon (malgré l’attirance des bobos pour ce dernier lors d’une flambée sondagière aussi éphémère que les passions soi-disant amoureuses de ceux-ci 😀 cf. le blog sondages2012) ou en tout cas en compensant par un anti-sarkozysme très mobilisateur. C’est ce que parvient à faire, pour le moment, Juppé.

C’est ce que Jospin n’a pas pu faire en 2002, trop prématurément « présidentiel », modéré et responsable et perdant sur sa gauche et vers l’extrême-droite. C’est ce que Sarkozy ne parvenait plus à faire en 2012, perdant au centre ce qu’il espérait gagner sur le FN ou inversement; bref, dominé par les forces centrifuges, alors qu’une dynamique électorale est centripète. C’est ce qu’Hollande, mais aussi les autres candidats socialistes potentiels, ne parviennent pour le moment pas à réaliser.

Lorsque Montebourg ou Aubry ont été testés en 2014-15, ils perdaient largement vers Bayrou ce qu’ils gagnaient sur leur gauche. Mais ils pouvaient aussi ne rien gagner sur leur gauche, Montebourg se retrouvant alors derrière Mélenchon, en 5e position après Le Pen, Sarkozy et Bayrou. Lorsque Valls a été testé, il est apparu peu différent de Hollande dans son positionnement ou, lorsqu’il a perdu un peu de sa superbe auprès des socialistes eux-mêmes, un peu plus compétitif face à Bayrou et même directement face à Sarkozy, mais perdant sur sa gauche sa plus-value au centre et à droite. Avec le dernier sondage IFOP, la candidature Macron est -logiquement- encore plus caricaturale de ce point de vue: très compétitive face à Bayrou mais catastrophique sur la gauche avec une déperdition très nette vers Mélenchon.

Ainsi, par défaut, Hollande se retrouve comme le moins mauvais candidat socialiste… C’est ce que pour quoi il a travaillé depuis 4 ans… Le seul problème, c’est que son pari est réussi mais à un niveau inférieur à 20%. Merkel a de même éliminé chacun de ses adversaires potentiels au fil des années, mais en préservant une attractivité supérieure à 35, voire à 40%. Hollande a bien émasculé Aubry, Fabius, étouffé Valls, Hamon, marginalisé Montebourg, Peillon, mais il l’a fait sur fond de rétrécissement du PS: il est devenu le borgne au milieu des aveugles. Gagner en descendant n’est pas une réussite politique…

C’est sur ses faiblesses et ses quelques points d’appui que nous nous concentrerons aujourd’hui.

2. Au préalable, il faut affirmer que François Hollande sera candidat à sa succession. Comme beaucoup d’autres animaux politiques français, il est un professionnel pur de la politique; peut-être même plus que les autres, car il n’a jamais été ministre et trop peu élu local: il a toujours gravité en cabinet, en parti politique, dans le microcosme médiatico-politique. C’est sûrement ce qui explique à la fois sa victoire d’anguille en 2011 puis 2012, mais aussi son incapacité à gouverner et agir depuis 2012.

C’est ce qui fonde le pronostic quasi-certain d’une nouvelle candidature: il ne vit que pour cela, il ne sait rien faire d’autre et seules les campagnes et le simple statut de vainqueur (même pas celui de gouvernant) l’intéressent. Il n’est là que pour jouir du pouvoir, après en avoir été le commentateur si longtemps. En 2011, Royal posait la question de ce que les Français répondraient à ce que Hollande avait fait en 30 ans de vie politique, donnant elle-même la réponse: rien.

Bref, il sera évidemment candidat et tout ce qu’il fait est dans cette optique, même lorsque c’est petit, même lorsque cela rate: réviser la constitution à l’occasion des attentats était évidemment une pure manœuvre politicienne, qui a cependant mieux « fonctionné » à gauche qu’à droite, dans son objectif de division. La tactique du salami appliquée aux Verts (départ du parti, désorganisation des groupes parlementaires, entrées au gouvernement,…) n’a pas non plus d’autres but, même si elle ne devrait pas porter tous ses fruits (nous y reviendrons).

3. Mais, tout candidat qu’il est déjà, il présente évidemment énormément de faiblesses.

– Sa popularité est indigente, retombée dans ses plus bas de l’automne 2014. Même Sarkozy n’avait pas atteint ces niveaux et nous disions déjà à l’époque qu’avec de tels scores, il est impossible de gagner, quelle que soit la fiabilité relative des cotes de confiance.

De plus, cette popularité extrêmement faible et même inédite concerne l’ensemble des tranches d’âge et des CSP. Même les restes de forces au sein des CSP+ et des catégories intermédiaires (socialement et en âge) tendent à s’effacer ou pèsent moins face à un Juppé.

Les intentions de vote sont à l’avenant pour le 1er tour.

Graphique sondages 1T 2017 Sarkozy-Hollande-Bayrou.png

Graphique sondages 1T 2017 Juppé-Hollande-Bayrou

Graphique sondages 1T 2017 Juppé-Hollande sans Bayrou

– Son absence de dynamique électorale se reflète dans les résultats aux élections intermédiaires (même si ce fut masqué aux régionales) et aux législatives partielles: les socialistes ne (se) mobilisent plus. Certes, face à Sarkozy, de guerre lasse, les socialistes reviendraient probablement voter pour leur candidat, mais face à un Juppé, le différentiel de mobilisation et de participation serait terrible.

En outre, même face à Sarkozy, l’émiettement à gauche, que craint depuis toujours Hollande, devrait se produire quand même: un candidat écologiste sera présent, Mélenchon est déjà là, un candidat à gauche du PS est probable, qu’il s’agisse de Taubira, d’Autain, d’un dissident PS ou d’un représentant de la société civile bobo-gauchisto-libertaire, sans compter d’éventuelles surprises régionalistes (Troadec) ou une confirmation de la candidature du MRC chevènementiste si elle obtient 500 signatures. Selon la formule consacrée: nous y reviendrons.

Certes, face au candidat préféré de Hollande (Sarkozy), il est plus fort, avec un électorat plus polarisé et plus mobilisé (et des médias plus conciliants). Mais il devra alors automatiquement faire face à Bayrou, qui devrait être le réceptacle naturel des CSP+, des « macroniens », du MEDEF de gauche (!), voire de certains enseignants.

Sa seule orientation est aujourd’hui de viser le second tour par défaut… ce qui n’est pas vraiment entraînant, ni valorisant.

– Son positionnement politique n’est plus maîtrisé. Sa grande force passée, y compris lorsque DSK était dans la course, c’était d’être au centre du PS.

Aujourd’hui, il a été contraint de se déporter sur la droite du parti. Or, si l’opération Macron consistait initialement à créer une aile « droite » pour se recentrer visuellement, elle est sur le point d’échouer, car Macron n’est plus vraiment identifié comme socialiste. Celui qui tenait auparavant ce rôle (Valls) n’a plus de spécificité, est accaparé par la gestion du quotidien comme tout Premier ministre (surtout avec un Président qui ne fait rien) et a déteint sur le Président, le « couple » exécutif étant confondu dans l’esprit de beaucoup.

Il a laissé un espace trop important sur sa gauche et permis à Aubry de commencer son opération de vengeance (qu’elle poursuivra à la moindre occasion, ne souhaitant plus rien pour elle-même d’ailleurs). En outre, les déçus sont nombreux dans la jeunesse et parmi les électeurs de gauche. Le niveau tout à fait honorable de Mélenchon dans les sondages (alors qu’il ne contrôle plus les troupes communistes, qu’il n’a pas réussi à rallier Duflot, que ses ouvertures internationales ont échoué et qu’il est un candidat vieillissant et peu renouvelé) montre bien qu’une partie de la gauche boudera Hollande, comme elle avait omis de soutenir Jospin en 2002.

Certes, le « 21 avril » empêchera peut-être que Hollande tombe à moins de 17%. Mais, il n’est aujourd’hui même plus assuré d’une 3e place, si Bayrou retrouve une seconde jeunesse, si la campagne de Mélenchon gagnait en dynamique ou si Hulot s’en mêlait.

– Quand bien même il essaierait un repositionnement à gauche, ou un approfondissement au centre, il perdrait immédiatement de l’autre côté tout gain, voire davantage. C’est le propre des candidats ayant perdu la confiance de leurs électeurs potentiels, des bases de force fidèles et toute dynamique positive. Même avec une campagne accrocheuse, Sarkozy perdait au centre et à gauche quand il se faisait plus « dur »; il perdait vers le FN lorsque son électorat potentiel se remémorait les promesses non tenues sur la sécurité ou la TVA.

Depuis 2012, si l’on en croit les sondages d’intention de vote dans l’hypothèse Hollande-Sarkozy-Bayrou (la seule testée systématiquement, mais, depuis le printemps 2014, les sondages Hollande-Juppé confirment les tendances), Hollande a connu 3 phases principales de dégradation:
de son élection à l’automne 2014, c’est l’électorat populaire qui a continué de fuir la gauche pour se réfugier dans le vote ou l’intention de vote FN; d’une certain manière, cette « fuite » est la moins grave car ces électeurs sont surtout susceptibles de s’abstenir et, en tous les cas, ne rejoindront jamais la droite; mais elle est la plus profonde et la plus durable par rapport à l’histoire de la gauche;
– puis, de l’automne 2014 aux régionales de 2015, Hollande a (re)gagné puis reperdu au centre et au centre-droit, d’abord à la faveur des attentats et du positionnement « régalien », puis en raison de la déception qui a suivi, d’autant plus forte que les attentes et espoirs furent élevés et même ressuscités; les attentats ont ramené à Hollande ce noyau d’électeurs flottants, modernistes et éduqués (ou supposés tels 😉 ), ceux qui avaient évolué entre DSK, Borloo, Bayrou, Hollande et qui adorent aujourd’hui les idoles Juppé et Macron; ceux-ci avaient déserté Hollande après la déception gestionnaire connue dès l’été 2012 et progressivement enracinée au fil des échecs économiques et sociaux et des preuves de faiblesse dans la gouvernance et la réforme; Hollande a même un peu mordu sur l’électorat de droite dans une dynamique d’ « union nationale » qui n’a finalement pas duré; l’échec de la révision constitutionnelle et les palinodies sur le code du travail pourraient avoir définitivement détourné cet électorat globalement centriste de Hollande (seul un 2e tour face à Le Pen le verra revenir vers le socialiste); l’accumulation des attentats et la « peur » que s’est faite la droite lors des régionales devraient de même avoir ramené au bercail LR les quelques électeurs égarés lors de cette année 2015;
– enfin, depuis décembre 2015, Hollande semble perdre sur sa gauche vers Mélenchon, en raison d’un chômage durablement élevé et des attaques macroniennes et vallsiennes sur le code du travail, et au centre-gauche vers Bayrou (ou, bientôt peut-être, vers un Hulot), en raison de fonctionnaires, d’enseignants et de CSP+ déçus sans se décider à rallier Juppé, en raison du souvenir de 1995.

Ce phénomène de fuites bilatérales ou alternées est très délicat à contrecarrer et à inverser. A vrai dire, aucun contre-exemple évident ne vient à l’esprit dans l’histoire de l’élection présidentielle.

Dans son propre camp, les rancœurs sont fortes, tant il traite les autres avec désinvolture et dans une relation de pur intérêt. Des ennemis traditionnels comme Aubry, Lamy, Lebranchu, des alliés comme Peillon , Pellerin, Filippetti, des amis comme Rebsamen, peuvent tous témoigner à des degrés divers de ce « traitement » et beaucoup ne l’aideront évidemment pas… La lassitude s’est aussi emparée de fidèles comme Le Foll.

Sans parler de ceux qui auront intérêt à sa chute, car leur victoire sera plus facile en 2022 face à la droite: Valls au premier chef évidemment, mais aussi, de manière moins nette (car trop faibles, trop jeunes ou trop indécis selon le cas), Montebourg, Hamon, Hidalgo, voire Macron ou Vallaud-Belkacem. Le syndrome Chirac 1981 est une évidence dans leur cas…

– Les événements économiques et politiques ne devraient pas être plus favorables qu’ils ne sont: chômage, ralentissement chinois, atonie européenne, bourbier syrien, tensions avec l’Allemagne, nouveaux attentats qui n’auraient plus d’effet « union sacrée » mais bel et bien un effet dépréciatif sur l’incapacité du pouvoir à protéger le pays, etc. Aucune amélioration à attendre des événements…

– Enfin, depuis 1978, toutes les élections générales (présidentielle et législatives, en considérant bien entendu qu’elles ne font qu’un événement électoral en 1981, 1988, 2002, 2007 et 2012 puisque tenus dans la foulée) ont conduit à un résultat inverse à l’élection suivante et à une alternance.

Seules font exception les échéances de 1995 et de 2007. Mais la victoire de Chirac sur Balladur en 1995 -après un affrontement homérique ayant focalisé toute la campagne, Jospin se retrouvant presque spectateur et tout étonné de figurer au second tour- ne fut-elle pas une forme d’alternance? Et la victoire de Sarkozy de 2007 n’était-elle pas celle de la « rupture » avec le chiraquisme fainéant et mourant?

4. Face à cette lourde litanie de handicaps, peu d’éléments de force émergent et ils ne sont que partiels.

– Le soutien médiatique pourrait jouer un peu en sa faveur, mais seulement en cas de candidature Sarkozy. Même si le FN devait s’envoler (ce qui est peu probable), le soutien médiatique irait à Juppé encore davantage, en cas de candidature de ce dernier.

Car, en cas de victoire de Juppé à la primaire, le système médiatico-culturalo-entreprenarial le ralliera largement, dans l’attente du futur « poulain » du système, déjà placé sur orbite, Macron. Et l’on sait combien la vulgate médiatique influe sur les élections, malgré le fait que beaucoup d’électeurs s’en défendent et prétendent voir clair… Après tout, même Sarkozy avait partiellement réussi son entreprise de séduction des médias en 2007. Sans parler de Hollande lui-même, ami, connivent et concubin de la petite classe des journalistes politiques, des éditorialistes et des patrons de médias, des années 1990 à 2012.

– La gauche de la gauche reste émiettée et aucune candidature de gauche en mesure de le devancer n’apparaîtra. Seule une dissidence socialiste de poids pourrait le faire mais ne se produira pas, car chacun a trop besoin du parti pour l’échéance suivante (Hamon, Valls voire Montebourg) ou reste fidèle par inertie ou pour l’histoire (Aubry).

Mais même cet avantage est relatif. Certes, Hollande ne devrait pas finir 4e ou 5e, mais Mélenchon conserve son socle de 10% et c’est un peu aussi… Marine Le Pen qui est l’autre candidate de gauche… Certes, elle doit faire face au dilemme qui fait qu’elle ne peut plus progresser qu’en rassurant les personnes âgées de droite, tout en essayant de ne pas perdre ses récentes conquêtes de gauche. Toutefois, elle a clairement un avantage compétitif à gauche, sur les sujets touchant à l’Europe économique ou migratoire. La ligne Philippot permet de siphonner à gauche et la simple actualité terroriste suffit pour que le FN reste le FN sur la sécurité et l’embrouillamini culturalo-ethnico-religieux (comme l’économie pour les Tories ou les sujets de défense pour le GOP).

– Il faut répéter qu’une candidature Sarkozy pourrait l’avantager un peu. Mais, outre la redynamisation de Bayrou, elle le place en situation de complète dépendance à la primaire de la droite et du centre, lui faisant repousser sa candidature officielle à une période où les débats de la primaire devraient avoir donné un avantage à la droite.

L’horizon est donc particulièrement sombre pour Hollande et il est difficile de ne pas penser que, structurellement, il a déjà perdu. Toutefois, c’est ce que nous disions pour Sarkozy dès le début de 2011 et il avait quand même réussi à se rapprocher -un peu mais pas autant que veulent bien le faire accroire les Hortefeux et Buisson- de Hollande…